Mémorial de la Shoah

Cercil-Musée Mémorial des enfants du Vel d'Hiv Cercil Musée-Mémorial des enfants du Vel d'Hiv Mémorial de la Shoah

Le CERCIL, Musée-Mémorial des enfants du Vel d’Hiv est un centre d’histoire et de mémoire à Orléans, ouvert à tous les publics. Son exposition retrace l’histoire des camps d’internement dans le Loiret pendant la Seconde Guerre mondiale : Beaune-la-Rolande, Pithiviers et Jargeau. Un Mémorial est dédié aux milliers d’enfants qui y furent détenus.

ACTUALITÉ

ACTUALITÉ

Témoignage numérique du mardi 4 mai 2021 à 18h. Daniel Urbejtel est né le 19 février 1931, à Paris, dans
Lire la suite
Rencontre numérique du mardi 27 avril 2021 à 18h00 à l’occasion de la sortie de son dernier livre Nevermore, éditions
Lire la suite
A l'occasion de la Journée nationale du Souvenir des victimes et héros de la Déportation, ce dimanche 25 avril 2021,
Lire la suite

ici l’agenda complet du Cercil

Modération :
Annaïg Lefeuvre, responsable du Cercil.

Daniel Urbejtel

Le grand témoin du Cercil

Daniel Urbejtel est né le 19 février 1931, à Paris, dans le XIIe arrondissement, de parents polonais, naturalisés français en 1938. Son père, Wolf Urbejtel est tourneur sur métaux et sa mère Ryvka est sans profession. Daniel a 8 ans au moment de la déclaration de la guerre en septembre 1939. Son grand frère Henri, né le 9 décembre 1928, a alors 11 ans et sa petite sœur vient de naître en 1938. Installés à Asnières puis à Bois-Colombes, ses parents échappent aux rafles qui dépeuplent les quartiers juifs de la capitale et semblent s’être soustraits au recensement et au port de l’étoile jaune. Ils sont toutefois arrêtés à leur domicile par les policiers français, le 19 février 1943. 

Le 25 mars suivant, Rywka et Wolf Urbejtel sont déportés du camp de Drancy en direction du centre de mise à mort de Sobibor d’où ils ne reviendront pas. 

Daniel est placé, quant à lui, avec sa petite sœur dans une famille à Houdan puis dans un pensionnat à Montlhéry, avant de se retrouver ballotté entre divers foyers d’enfants de l’UGIF, dont celui de la rue Lamarck, évacué après le bombardement aérien du 20 avril 1944.

Avec son frère Henri, Daniel est l’un des trente-deux adolescents des foyers de l’Union générale des Israélites de France (UGIF) qui ont survécu à leur déportation de Drancy à Auschwitz, le 31 juillet 1944. Affecté à un kommando extérieur, Daniel est rescapé avec son frère d’un transfert au camp de concentration de Mauthausen lors des « marches de la mort » de janvier 1945.

Événement
numérique
à 18h.

Image default

L’été 1942

Le soir du 17 juillet 1942, les camps de Pithiviers et Beaune-la-Rolande sont quasiment vides : les hommes, des Juifs étrangers internés à partir du 14 mai 1941, ont été déportés à Auschwitz par les convois 4, 5 et 6 (partis les 25 juin, 28 juin et 17 juillet de Pithiviers et Beaune-la-Rolande).


Le camp de Jargeau

Mars 1941 – 31 décembre 1945. Dans le camp de Jargeau ont été enfermées, de 1941 à 1945, 1 700 personnes dont 1 200 nomades.


Les Témoins

Visitez le site Les Témoins.
Conçu par le Cercil.